Parcours historiographiques|

Histoire globale

Les Annales et l’histoire à l’échelle mondiale

 

Sélection des articles par É. Anheim, R. Bertrand, A. Lilti et S. Sawyer

Ce parcours jalonné de textes publiés depuis 1946 dans la revue a pour objectif de remettre en perspective l’historiographie des Annales en regard des débats internationaux des vingt dernières années, autour d’une multiplicité d’approches : histoire globale, histoire mondiale, histoire connectée, histoire comparée, histoires régionales (histoire impériale, atlantique...). Tantôt célébrées comme précurseurs de ces courants majeurs de l’historiographie contemporaine, à travers des figures comme Fernand Braudel ou Pierre Chaunu, tantôt décriées au contraire comme responsables d’un retard français, voire européen, dans le domaine des études historiques au niveau macroscopique, les Annales tiennent une place centrale dans les débats de méthodologie liés à l’histoire globale. Cependant, le brouillage entre une « école » souvent difficile à saisir avec précision et une revue dont l’étude historique reste encore largement à faire rend nécessaire un retour historiographique sur plusieurs décennies de pratiques historiennes.

Cette démarche s’inscrit dans un partenariat des Annales avec le Bureau du Livre de l’ambassade de France en Allemagne, l’Institut français, l’Institut français d’histoire en Allemagne et le Centre Marc Bloch, à l’occasion de la rencontre « Histoire globale/Globalgeschichte. Deutsche und französische Perspektiven » des 6 et 7 décembre 2012. Elle se nourrit de l’actualité des débats français dans ce domaine. Depuis une dizaine d’années, en effet, on peut mentionner plusieurs entreprises éditoriales d’envergure. En 2001, c’est la publication d’un dossier intitulé « Une histoire à l’échelle globale » dans les Annales, comportant des articles de Sanjay Subrahmanyam et de Serge Gruzinski, ainsi qu’un commentaire de Roger Chartier, qui est un moment important de l’émergence, ou de la réémergence, de la thématique globale dans l’historiographique française. La parution en 2004 de l’ouvrage de Gruzinski, Les quatre parties du monde. Histoire d’une mondialisation, contribue fortement à inscrire dans le paysage historiographique hexagonal les thématiques de recherche – sur les pratiques et les pensées « métisses », sur le rôle des « passeurs culturels » en situation post-conquête – associées à la notion de « première mondialisation ». Ce mouvement se poursuit avec la publication, en 2007, d’un dossier-bilan « Histoire globale, histoires connectées » dans la Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine en 2007 qui lui fait écho. Dans les années suivantes, la publication sous la direction de Patrick Boucheron de L’histoire du monde au XVe siècle en 2009, dont les Annales ont rendu compte sous la plume de Gruzinski, ou de L’histoire à parts égales de Romain Bertrand, en 2011 (ici ou ici), ont confirmé l’attention des historiens français à l’écriture d’une histoire à l’échelle régionale ou mondiale, laquelle confronte, en les comparant ou en dressant la carte des connexions les unissant, des sociétés jusque lors souvent étudiées de manière cloisonnée.

En replaçant ces débats récents dans une temporalité plus longue, le dossier de textes que nous proposons vise à éclairer différentes phases de la réflexion développée dans le cadre des Annales sur la méthode et l’échelle – ou plutôt la focale – pertinente dans les études historiques, sur la construction progressive d’une histoire à l’échelle du monde, ainsi que sur certaines de ses impasses, depuis les moments fondateurs de l’après-guerre avec Braudel, Febvre ou Chaunu, jusqu’aux enjeux très contemporains, en passant par la place accordée à l’histoire globale par l’anthropologie historique dans les années 1970. Ces textes font apparaître, dans leur diversité mais aussi leur continuité, le fil d’une histoire souvent inaperçue : celle qui lie depuis plus de cinquante ans notre revue à une problématique intellectuelle et politique fondamentale, à savoir l’ouverture des horizons de la discipline historique bien au-delà du monde dit « occidental ». Ce dossier voudrait donc être l’occasion non seulement de mettre à la disposition des lecteurs un matériau historiographique dispersé, mais aussi de contribuer à dissiper mythes et malentendus sur les origines de l’histoire globale, ses méthodes et son ambition épistémologique et critique.

 

Première partie. Les Annales aux origines de l’histoire globale ?

Chap. 1. Les fondements intellectuels d’une histoire globale

Lucien FEBVRE, « Sur une nouvelle collection d’Histoire », 9-1, 1954, p. 1-6.

Pierre GOUROU, « Civilisation et malchance géographique », 4-4, 1949, p. 445-450.

Germaine TILLION, « Dans l’Aurès. Le drame des civilisations archaïques », 12-3, 1957, p. 393-402.

Chap. 2. Premiers jalons

Fernand BRAUDEL, « Monnaies et civilisations. De l’or du Soudan à l’argent d’Amérique. Un drame méditerranéen », n. s., 1-1, 1946, p. 9-22.

Pierre CHAUNU, « Le galion de Manille. Grandeur et décadence d’une route de la soie », 6-4, 1951, p. 447-462.

 

Deuxième partie. L’anthropologie historique à la conquête du monde

Chap. 3.
Nathan WACHTEL, « La vision des vaincus. La Conquête espagnole dans le folklore indigène », 22-3, 1967, p. 554-585.

Chap. 4.
William RANDLES, « Échanges de marchandises et échanges de dieux. Un chassé-croisé culturel entre Européens et Bantu », 30-4, 1975, p. 635-653.

Chap. 5.
Roy BIN WONG, « Les émeutes de subsistances en Chine et en Europe occidentale », 38-2, 1983, p. 234-258.

Chap. 6.
Geoffrey E. R. LLOYD, « Cognition et culture : science grecque et science chinoise », 51-6, 1996, p. 1185-1200.

 

Troisième partie. Actualité de l’histoire globale. Débats et méthodes

Chap. 7.
Sanjay SUBRAHMANYAM, « Du Tage au Gange au XVIe siècle : une conjoncture millénariste à l’échelle eurasiatique », 56-1, 2001, p. 51-84.

Chap. 8.
Serge GRUZINSKI, « Les mondes mêlés de la Monarchie catholique et autres ‘connected histories’ », 56-1, 2001, p. 85-117.

Chap. 9.
Roger CHARTIER, « La conscience de la globalité (commentaire) », 56-1, 2001, p. 119-123.

Chap. 10.
Francesca TRIVELLATO, « Juifs de Livourne, Italiens de Lisbonne, hindous de Goa. Réseaux marchands et échanges interculturels à l’époque moderne », 58-3, 2003, p. 581-603.

Chap. 11.
Catherine JAMI, « Légitimité dynastique et reconstruction des sciences. Mei Wending (1633-1721) », 59-4, 2004, p. 701-727.

Chap. 12.
Étienne de LA VAISSIÈRE et Éric TROMBERT, « Des Chinois et des Hu. Migrations et intégration des Iraniens orientaux en milieu chinois durant le haut Moyen Âge », 59/5-6, 2004, p. 931-969.

Chap. 13.
Simon SCHAFFER, « L’inventaire de l’astronome. Le commerce d’instruments scientifiques au XVIIIe siècle (Angleterre-Chine-Pacifique) », 60-4, 2005, p. 791-815.

Chap. 14.
Gilles HAVARD, « Le rire des jésuites. Une archéologie du mimétisme dans la rencontre franco-amérindienne (XVIIe-XVIIIe siècle) », 62-3, 2007, p. 539-573.

 

Avec le soutien de

Image1

Image2

flux rss  Les Éditions

Langues d'Islam (XIe-XVe siècle)

Lire la suite

Rencontre autour des dernières parutions sur Foucault

Lire la suite

Foucault à Münsterlingen

Lire la suite

EHESS

Bureaux 70-71

105 boulevard Raspail

75006 Paris

annales@ehess.fr